Billets

The Atom Heart Mother Project # 9

aah, cet improbable titre ! * mer 04 avr 18 @ Le Viseney

Au début il n’y en a pas. Pas de titre. Sur ses notes, Ron Geesin écrit simplement : « Epic ». Sans plus. Lors des premières interprétations publiques, Pink Floyd en fait « The Amazing Pudding ».
Jusqu’à ce 16 juillet 1970 où, pris de court par l’enregistrement imminent des Peel Sessions, le groupe fait voler les pellicules à force de se gratter le crâne. C’est alors que, très zen, Ron Geesin suggère à Roger Waters de feuilleter l’Evening Standard qui traîne là. On y relate l’extraordinaire expérience de la première femme équipée d’un pacemaker, à pile atomique : « Atom Heart Mother Named » s’intitule l’article.
Le titre est trouvé. L’enregistrement chez John Peel peut avoir lieu, avec le John Aldis Choir et le Philip Jones Brass Ensemble.
Ecoutez Ron lui-même raconter cette histoire.

The Musical Box sur Libellule – Belgique (Commines) – le mercredi de 20 h à 21 h
En live sur : Musical Box
Présentation Les Intemporelles : le mercredi 11 avril 2018

Les Intemporelles en radio

Nos partenaires radio parlent de nous dans leurs émissions !

Prog à part sur Sol FM – France (Lyon) – une fois par mois, le lundi de 20 h 30 à 22 h 30
En live sur le net : Sol FM
Présentation Les Intemporelles : le lundi 2 avril

Les anciennes émissions en podcast !

Bernard Vincken sera reçu dans l’émission Les Classiques - Belgique (Mons) le dimanche 8 avril à 11 h sur Classic 21
En live sur : Classic 21

Fréquence Rock sur Pacifique FM – Belgique (Tournai) – le dimanche de 20 h à 22 h
En live sur : Fréquence Rock
Présentation Les Intemporelles : le dimanche 8 avril 2018

The Atom Heart Mother Project # 8

Pink Floyd rejoint Ron Geesin * sam 17 mar 18 @ Arlon

Au moment où ça répète à mort dans chaque coin, qui à Dunkerque, qui à Dijon, qui à Dinant (Defined Daily Dose ? Domain Driven Design ? Data Display Debugger ? Dichloro-Diphényl-Dichloroéthane ? Digital-Digital-Digital ?), je m’arrête quelque temps à l’Insolite, à l’abri de ce ciel gris et de ses flocons fondants de fin de saison, avec à l’esprit cette question, cruciale : qu’est-ce qui pousse un groupe Underground à la fin des ‘60s à se frotter à la musique savante ?

Les premières tentatives d’écriture symphonique de Rick Wright (Celestial Voices, Summer 68) ? Les limites du bagage techniques des musiciens ? L’admiration de Roger Waters pour Hector Berlioz ? La recherche bruitiste (Sysyphus) ? L’intérêt plus général pour les sons non musicaux - présent dès le début du groupe (Pow R. Toc H.) ? Le principe expérimental lui-même ? La maîtrise progressive du bruit ?

C’est en tout cas sur le terrain électroacoustique que Ron Geesin soulève l’intérêt du Floyd.

Nick Mason explique : « Ron bidouillait toutes sortes de choses avec des magnétophones Revox branchés en tandem, dont il faisait un usage beaucoup plus développé que celui préconisé dans le manuel d’utilisation. » (rapporté par Philippe Gonin, Pink Floyd Atom Heart Mother, CNDP, 2011)

Qui veut jouer ?

Le flipper de la transition...

Machiavel @ Les Intemporelles

Suite au décès de Mario Guccio et selon sa volonté, Marc Ysaye délaisse les baguettes et reprend le chant au sein de Machiavel, comme à l’origine en 1975 . Ce qui implique une réorganisation interne par l’ajout de Nicolas Scaillet à la batterie et Lili Gin aux choeurs.

The Atom Heart Mother Project # 7

Si rassembler chœur et cuivres, en termes d’effectifs notamment, n’est pas une mince affaire, monter le quartet Rock lui-même a également ses exigences. On discute dans un premier temps d’une contribution du Conservatoire de Canterbury. Regis Kerckhove y a noué des liens. Si on fantasme un peu, nourrir une collaboration entre différents acteurs peut aboutir sur une date supplémentaire. À ce stade, on est déjà d’accord de faire une date à Dunkerque. Une façon de rentabiliser l’investissement en temps : même entre pros, exercices et répétitions sont indispensables - et il s’agit de faire parler tous les intervenants d’une seule voix le moment venu !

Mais le temps passe et Canterbury se tâte. Phil Gonin fait donc appel à Thibault Chalon, Cédric Poyer et Lucas Dorier. A force de jouer, composer ou écrire, il finit par connaître un peu de monde… D’ailleurs, vous êtes probablement tombé sur un de ses bouquins (sur Pink Floyd, Magma, le Rock à papa, Cure, le Rock Progressif, le Rock en France, David Bowie…) ou sur une de ses interventions improbables, de France Culture (La musique et la mort) au PIND (Punk Is Not Dead) en passant, bien sûr, par Soignies (Rock Bottom de Robert Wyatt).

Aria Primitiva : EP

ARIA PRIMITIVA, le nouveau projet de Thierry Zaboitzeff (ART ZOYD) : un premier EP, et un premier live... aux INTEMPORELLES.

MACHIAVEL @ Les Intemporelles 

 En janvier 1978, lors de la publication des résultats du grand sondage annuel sur le rock en Belgique, Machiavel accumule les récompenses : Meilleur groupe sur scène, meilleur groupe sur disque, meilleur album avec ‘Jester’. Leur single ‘Moments’ se classe même troisième.

Piero Kenroll commente : « Machiavel, c'est vraiment l'exploit. C'est la première fois depuis l'existence de notre poll qu'un groupe belge suscite pareil enthousiasme. D'un côté ces résultats doivent être un magnifique encouragement pour ces gars, de l'autre ils vont devoir faire très attention à se montrer à la hauteur de la réputation qu’ils sont en train de se faire, et le fait d'être un groupe ‘old wave’ alors que la ‘new wave’ est en train de tout submerger ne va pas leur faciliter la tâche. La meilleure façon de les aider pour ceux qui les ont plébiscités est maintenant d'assister nombreux à leurs concerts. »

(memoire60-70.be)

ARIA PRIMITIVA @ Les Intemporelles

ARIA PRIMITIVA @ Les Intemporelles

* WE KUNNEN WILD ZIJN

"Het idee om ongrijpbare geluiden te mengen met tribale ritmes, mijn stem en die van de cello te wrijven met de verontrustende verdwijning van Nadia's ondes Martenot en Cecile's hypnotiserende samplers, wekte bij mij het enthousiasme van een avonturier. "
Zo spreekt Thierry Zaboitzeff (Art Zoyd).
ARIA PRIMITIVA is "een combinatie die geboorte geeft aan wat in ons de sterkste resoneert, de primitieve echo, het originele geluid. "

avec le soutien du Forum Culturel Autrichien à Bruxelles / Österreichisches Kulturforum Brüssel

The Atom Heart Mother Project # 6

la tentation symphonique de Pink Floyd * ven 27 oct 17 @ Dijon

Et donc, le rose à l’âme, on parle et discute, on convainc même. Reste le chœur. Pas une mince affaire. Plusieurs dizaines de vocalistes. Souvent formés dans la tradition classique. Sensibilité rock souhaitée.
Parce que Atom Heart Mother, c’est bien la rencontre de ces deux mondes : la tentation symphonique du Floyd.
Paradoxe que ce mot symphonique entourant la tentation du groupe puisque Ron Geesin orchestre Atom Heart Mother pour un chœur, un ensemble de cuivres et un violoncelle - étrange formation symphonique, n’est-il pas ? Pourtant, c’est probablement le Floyd qui met en place un des liens les plus parlants entre les deux mondes (Rock et Classique) avec un morceau qui, s’il n’est pas révolutionnaire (des remugles de romantisme, une senteur de néoclassicisme), pose par son écriture - et ses arrangements - une pierre étonnante sur ce chemin du Rock alors Underground et totalement Psychédélique vers le Rock pas encore mais bientôt Progressif.

The Atom Heart Mother Project # 5

 Si ce n’est Pink Floyd, ce sera son âme * dim 22 oct 17 @ Donaueschingen

Donc, on persévère.

En France, Philipe Gonin a monté la chose à quelques occasions (à Lyon, à Dijon, à Beaumont). En Belgique, l’événement est encore plus exceptionnel. Même à l’origine. Même pour le dieu David. Ou pour le beau Roger.
On essaie. On tente. On prend des contacts. On parle. On rêve.
Il faut : un quatuor Rock (une guitare, une basse, les claviers, la batterie). Un ensemble de cuivres : 3 trompettes, 3 cors, 3 trombones, 1 tuba. Si possible : 1 violoncelle. Un chœur, réparti en 4 voix, avec au moins 4 à 5 choristes par voix.
Il faut : louer la partition, la décrypter, l’analyser, l’intégrer. Répéter, répéter, répéter. Organiser la collaboration entre les différents ensembles. Mettre au point les filages, les raccords.
Il faut : de l’envie, de l’enthousiasme, du plaisir - un peu de café, parfois une bière.

On avance, on avance, on avance.

Et l’âme du Floyd ? Elle est… rose.

The Atom Heart Mother Project # 4

 Et pourquoi Les Intemporelles ne se laisserait-il pas tenter ?
Les arguments pleuvent : ça fait du monde sur scène ; c’est insensé à produire quand on n’a pas de moyens ; Pink Floyd ne sait pas où se trouve Soignies (quoique le groupe se souvienne assez bien d’Amougies) ; on n’a pas de sous ; je n’aime pas la musique classique (mais ça j’aime bien) ; Rick Wright n’en est plus ; le morceau fait 23’39, un peu court pour un concert ; et les végétariens ? ; c’est pas parce qu’il y a une vache ! ; quelle est la différence entre une poule ? ; etcétéra.
Mais on a aussi une ou deux bonnes raisons de le faire : on en a envie. Et s’il y a bien une musique qui traverse le temps… Alors ? Alors on le fait.
Enfin, on essaie. Parce en effet, le Floyd n’est pas dispo - en tout cas pas à nos conditions. Et d’ailleurs, en formule « complète », ils ne l’ont pas joué si souvent. Remplaçant régulièrement le violoncelle par un cor. Pas facile en ce début ‘70s pour un groupe encore peu connu de mobiliser le violoncelliste, les dix cuivres et les vingt chanteurs en plus du quatuor Rock.

Bon, on persévère !

The Atom Heart Mother Project # 2

… puis des rencontres… * ven 20 oct @ Donaueschingen
En marge du concert, on fait connaissance. Philippe Gonin (le compositeur derrière le lap steel), je l’avais contacté en 2015, pour venir parler de The Wall. S’il est né à Lyon, c’est à l’Université de Bourgogne Franche-Comté qu’il enseigne les musiques actuelles. Auteur fécond, il a deux groupes fétiches : le Floyd et The Cure. Il écrit sur l’un (beaucoup), sur l’autre (un peu moins) et ne vous avisez pas de couper son texte sans son accord. Régis Kerckhove dirige à Dunkerque le Conservatoire de Musique et d'Art Dramatique. Ce sont les membres de son équipe qui ont pris place derrière les lutrins. Les deux hommes ont déjà œuvré ensemble, mais cette dernière expérience les incite à pousser un pas plus loin.
Enregistrer. Passer de la partition au disque. En Rock, écrire la musique n’est pas le plus courant. Transcrire les notes sur la portée serait réservé à la musique « savante » - voir sérieuse.
(C’est une parenthèse, mais au cas où vous vous poseriez la question, c’est ça que je suis venu écouter à Donaueschingen, petite ville en Forêt Noire, célèbre pour être la source du Danube et pour son festival de Musique Contemporaine. De musique sérieuse… Je sors d’un concert où les musiciens (Solistenensemble Kaleidoskop) interprètent la première œuvre, invisibles dans un camion - qui s’est introduit dans la salle sans prévenir - au hayon entrouvert, en débarquent tels des réfugiés d’un semi-remorque frigorifique, ne prennent pas place devant les lutrins en cercle pour le deuxième morceau, envahissent les gradins au troisième titre, se déplacent tant que le public se lève, s’assoit en cercle, se relève, dans ou hors du cercle, rôde d’un instrumentiste à l’autre, devient lui-même un ingrédient de la spatialisation du son…)
Quelle longue parenthèse…

The Atom Heart Mother Project # 1

et donc, au départ, il y a une envie… * ven 20 oct 17 @ Donaueschingen
Alors voilà. Ça faisait déjà un moment que je laissais les mots s’entrecroiser dans ma tête, comme des oiseaux en nuées se frôlent sans se toucher - mais savent parfaitement où ils vont. The Atom Heart Mother Project. Un peu long peut-être, mais à la manière de celui ou celle qui « en dit long » : expressif et édifiant, presque révélateur. Mais le nom n’est qu’une étape dans le développement d’une idée qui, poussin frileux et peu pressé, picore du bout du bec la coquille de l’envie depuis près de deux ans.
Cette envie, elle titille déjà avant le Floyd Chamber Concerto sur scène ce dimanche d’avril 2016 à Soignies. Dans un silence lustré, les instruments acoustiques (hautbois, cor, violons…) partagent l‘espace sonore de cette composition originale en quatre mouvements, avec l’électrifié/e guitare/lap steel - dédié/e à un groupe majeur de la deuxième moitié du XXè siècle. Les yeux rivés sur la scène, captivé comme tous par la magie de ce qui en émerge, je ne peux empêcher mon esprit de voguer vers cette fameuse « tentation symphonique » de Pink Floyd…
Qui y était ?

The Atom Heart Mother Project # 0

wat is dat voor een stuud (keskecè pour un bazaar) ? * jeu 04 jan 18 @ Le Viseney
Vous êtes nombreux à poser la question : qu’est-ce qui se cache derrière The Atom Heart Mother Project ? Vous avez bien sûr pensé à Pink Floyd, au début des ‘70s, probablement même à cet album mal aimé de Roger Waters, vu comme prétentieux par Nick Mason… mais qui a donné au groupe son premier disque d’or !
Vous n’avez pas tort. Mais ce n’est pas tout.
Pour vous présenter ce projet à Soignies le 21 avril, c’est toute une histoire qui a dû se construire. Avec, derrière elle, plusieurs dizaines de personnes qui œuvrent à faire rentrer cet improbable pari dans le domaine du possible.
Aux Intemporelles, on veut prendre le temps. Alors, je vais vous raconter, avec une belle irrégularité et peu de contraintes, comment cette aventure est née et se construit en ce moment-même…
N’hésitez pas à interagir.

MACHIAVEL @ Les Intemporelles

De eerste drie albums, en niets anders!
Machiavel in 1976, Jester in 1977 en Mechanical Moonbeams in 1978: met deze spervuur heeft MACHIAVEL zichzelf de troeven gegeven om de Belgische scène te domineren en voor een groot deel internationaal over te stromen. Voor het grootste deel zijn deze tracks sinds 1979 niet meer op het podium gespeeld. Nu is het tijd om een rijk en boeiend repertoire aan te gaan, dat door de tijd heen is gegaan naar Les Intemporelles.